pavé-de-boeuf

3 bonne raisons de manger moins de viande

Au fil de l’évolution, les humains et en particulier les occidentaux ont évolué pour intégrer la viande dans leur régime alimentaire de façon quasi quotidienne. En fait, la viande qui était à l’origine un plat d’exception est devenue le pilier de notre alimentation.

Mais nous sommes maintenant près de 10 milliards d’humains sur terre et notre planète arrive au bout de ce qu’elle peut nous fournir. De plus, des millions d’animaux meurent chaque jour afin de nous servir de nourriture.

L’industrie de la viande représente à elle seule deux mille milliards de dollars dans le monde. La plus grande entreprise de viande réalise un chiffre d’affaires d’environ 50 milliards de dollars par an, et l’ensemble de l’industrie aux États-Unis représente près de 6 % du PIB américain.

Pas étonnant que la publicité et le marketing de ces compagnies nous lave le cerveau et nous incite à consommer encore et encore plus de viande.

On nous raconte des histoires en nous disant que c’est une nourriture saine alors que de nombreuses études prouvent le contraire ;

Changer notre mode de consommation

Pour avoir de nombreuses informations sur comment avoir une vie écologique, vous pouvez vous rendre sur ce site. Vous y découvrirez tous les gestes que vous pouvez faire pour mener une vie éco responsable, moins consommer et produire moins de déchets.

Les 3 raisons de manger moins de viande sont les suivantes, vous pouvez les mettre dans n’importe quel ordre en fonction de vos préférences :

  1. Notre santé
  2. La santé de notre planète
  3. La souffrance animale

Manger moins de viande pour protéger notre santé

Le fait est que notre corps n’est en aucun cas fait pour manger la quantité de viande que nous consommons aujourd’hui. Bien que les protéines soient essentielles au fonctionnement de notre organisme, la « viande » n’est pas intrinsèquement saine, surtout dans les grandes quantités que nous avons l’habitude de consommer.

En revanche, si vous mélangez à votre alimentation des quantités appropriées de riz brun, d’orge et d’autres céréales complètes, de légumes et de fruits, vous bénéficierez d’une variété de nutriments essentiels.

Si, au contraire, vous mangez de la viande rouge, comme le bœuf, l’agneau et le porc, tous les jours, cela devient malsain. Les viandes rouges sont beaucoup plus riches en graisses saturées (mauvaises) que les autres viandes. Les graisses saturées peuvent entraîner diverses maladies graves comme les maladies cardiaques et l’hypercholestérolémie.

Les viandes transformées comme le salami, le bacon, la charcuterie et les viandes séchées sont encore pires pour votre organisme… Les viandes transformées peuvent augmenter considérablement votre risque de cancer et sont maintenant connues comme cancérigènes.

Pensez-y ! Il existe tellement de plats délicieux qui sont végétariens : le risotto, les pâtes, les gnocchis, la ratatouille…

Vous pouvez réaliser de nombreux repas quotidiens sains qui permettent d’équilibrer votre apport en nutriments et de respecter tous les groupes d’aliments et de privilégier les aliments bios.

Il y a tellement de façons d’obtenir des protéines équilibrées, et tellement d’occasions, en tant que végétarien, de donner de l’énergie et du carburant à votre corps. Les lentilles, les haricots (haricots pour toutes les occasions ! verts, noirs, au beurre, blancs, etc.), le quinoa et les substituts de viande sont d’excellentes options pour les protéines.

Manger moins de viande pour préserver la planète

De nombreuses recherches suggèrent que la réduction et la suppression des produits d’origine animale de votre alimentation est le moyen le plus efficace pour vous de réduire votre empreinte carbone, et donc la chose la plus efficace que vous puissiez faire pour aider l’environnement.

Pour information, les légumes, les fruits, les noix et les céréales ne représentent qu’un maigre 3 % des émissions liées à l’alimentation. La viande et les produits d’origine animale, quant à eux, représentent 84 % des émissions de carbone liées à la production alimentaire des états les plus riches.

De plus, les viandes rouges sont les pires de toutes du point de vue de l’environnement ; les vaches sont responsables à elles seules de près de 10 % des émissions totales de gaz à effet de serre.

Réduire sa consommation de viande permettra de réduire le nombre d’animaux d’élevage et donc la production de méthane. Ceci permettra également une énorme économie d’eau et de diminuer les cultures réalisées au profit des animaux plutôt que pour les hommes.

Manger moins de viande pour limiter la souffrance animale

On se rend compte aujourd’hui que les animaux ne sont pas des machines et qu’ils souffrent. Et pourtant nous continuons à les maltraiter sans prendre en considération leur détresse. Vous avez sûrement entendu parler du broyage des poussins, des conditions lamentables d’élevage intensif ou d’abattage sans aucune pitié ni prise en compte de leur bien-être.

En mangeant moins de viande, ou en arrêtant carrément d’en consommer vous faites un geste pour limiter la souffrance.

Si vous choisissez de manger de la viande, faites attention à l’origine de votre viande, à la façon dont les animaux sont traités, élevés, nourris et à leurs conditions de vie. Si vous le pouvez, payez le supplément nécessaire pour vous assurer que les animaux que vous consommez ont été bien traités.

Conclusion

Il n’est pas question de renoncer à notre mode de vie ou à notre culture. Mais en lisant cet article, j’espère que vous réaliserez qu’il est possible de faire des efforts qui peuvent faire une grande différence dans votre impact sur la planète, sur notre santé et sur la qualité de vie des animaux

Commencez par supprimer la viande d’un repas par semaine. Passez ensuite aux jeudis sans viande, ou commencez à vous préparer des repas végétariens pour le travail. Ce petit effort, s’il est suivi, aura d’énormes conséquences bénéfiques par la suite….

vache qui broute dans un champs
Vache qui n’a pas envie qu’on la mange !!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour haut de page